blanc-estoc


blanc-estoc

blanc-étoc [ blɑ̃ketɔk ] ou blanc-estoc [ blɑ̃kɛstɔk ] n. m.
• 1751, -1730; de 1. blanc et estoc
Sylvic. Coupe complète d'une forêt. Des blancs-étocs [ blɑ̃ketɔk ].

⇒BLANC-É(S)TOC, (BLANC-ÉTOC, BLANC-ÉSTOC)subst. masc.
SYLVIC. Coupe d'un bois qui n'en laisse rien subsister (cf. coupe blanche). Synon. vx blanc-être.
Couper à blanc-étoc :
La propriété de Mantes était (...) un des morceaux les plus importants de cette fameuse Brocéliande; jadis les Goëllo y avaient possédé de grands domaines mais qu'ils venaient de faire couper à blanc-étoc...
J. DE LA VARENDE, La Dernière fête, 1953, p. 247.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
Prononc. et Orth. :[], [-]. Seule transcr. de la forme blanc-être dans LAND. 1834 : blan-kêtre. Ac. Compl. 1842 enregistre blanc-étoc ou blanc-être (cf. aussi LAND. 1834). Lar. 19e, Pt Lar. 1968 ainsi que ROB., Pt ROB. et QUILLET 1965 donnent blanc-étoc ou blanc-estoc. Lar. 19e et Nouv. Lar. ill. ajoutent : ,,On dit aussi blanc-être.`` Au plur. des blancs-étocs ou blancs-estocs. Étymol. et Hist. 1723-30 (J. SAVARY DES BRUSLONS, Dict. universel de comm., Paris, Suppl., 1730 : Blanc-être [...] quelques-uns disent Blanc-estoc; mais le dernier arrêt du Conseil du 19 juillet 1723, concernant la coupe des bois taillis et la réserve des baliveaux, semble déterminer et fixer l'usage pour Blanc-être); 1751 blanc-étoc (Encyclop. t. 2); estoc s'est maintenu en sylvic. dans l'expr. à blanc estoc (Ac. 1932, s.v. estoc). Composé de blanc adj. et de estoc « souche, tronc d'arbre » attesté dep. le XIIe s. (T.-L.) de l'a.b.frq. stok (FEW t. 17, p. 238a). La substitution de être à étoc s'explique difficilement; peut-être faut-il comprendre : jusqu'à ce que la forêt soit blanche, c'est-à-dire « dépouillée », sens de blanc bien attesté au XVIe s. dans des expr. comme demeurer blanc « être privé », mettre à blanc « dépouiller » (cf. HUG.) à rattacher au sens de blanc étymol. I B.

blanc-étoc [blɑ̃ketɔk] ou blanc-estoc [blɑ̃kɛstɔk] n. m.
ÉTYM. 1730, blanc-estoc, blanc-être; blanc-étoc, 1751, Encyclopédie; de blanc, et estoc « tronc d'arbre ».
Techn. Coupe complète d'une forêt (coupe blanche).Syn. : blanc-être (vx) [blɑ̃kɛtʀ]. || Des blancs-étocs (-estocs).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • blanc-étoc, blancs-étocs ou blanc-estoc, blancs-estocs — ● blanc étoc, blancs étocs ou blanc estoc, blancs estocs nom masculin (de blanc et estoc, tronc d arbre, de l ancien bas francique stock) Synonyme de coupe à blanc. ● blanc étoc, blancs étocs ou blanc estoc, blancs estocs (synonymes) nom masculin …   Encyclopédie Universelle

  • blanc-étoc — [ blɑ̃ketɔk ] ou blanc estoc [ blɑ̃kɛstɔk ] n. m. • 1751, 1730; de 1. blanc et estoc ♦ Sylvic. Coupe complète d une forêt. Des blancs étocs [ blɑ̃ketɔk ]. ⇒BLANC É(S)TOC, (BLANC ÉTOC, BLANC ÉSTOC)subst. masc. SYLVIC. Coupe d un bois qui n en… …   Encyclopédie Universelle

  • estoc — [ ɛstɔk ] n. m. • v. 1176; de l a. v. estochier → estoquer 1 ♦ Vx D ESTOC : avec la pointe de l épée. Loc. Frapper d estoc et de taille : frapper, se battre avec la pointe et le tranchant de l épée (c est à dire par tous les moyens, avec énergie) …   Encyclopédie Universelle

  • blanc — blanc, blanche 1. (blan, blan ch ; le c ne se lie pas : blanc et noir, dites : blan et noir ; excepté dans cette locution où d ordinaire on le fait entendre : du blanc au noir, dites : du blan k au noir ; l s au pluriel se lie : blancs et noirs,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • estoc — blanc estoc estoc …   Dictionnaire des rimes

  • estoc — (è stok) s. m. 1°   Terme d eaux et forêts. Souche. Couper un arbre à blanc estoc, le couper au pied sur la souche. Faire une coupe à blanc estoc, la faire sans laisser de baliveaux.    Fig. Être réduit à blanc estoc, être entièrement ruiné.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ESTOC — s. m. (On fait sentir le C.) Il se disait autrefois d Une épée longue et étroite qui ne servait qu à percer.  Il se dit encore de La pointe d une épée, d un sabre, dans cette phrase familière, Frapper d estoc et de taille, Frapper de la pointe et …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • blanc — 1. blanc, blanche [ blɑ̃, blɑ̃ʃ ] adj. et n. • v. 950; frq. °blank « brillant » I ♦ Adj. 1 ♦ Qui est d une couleur combinant toutes les fréquences du spectre, et produisant une impression visuelle de clarté neutre. Blanc comme la neige, le lait… …   Encyclopédie Universelle

  • BLANC — ANCHE. adj. Qui est de la couleur du lait, de la neige, etc. Marbre blanc. Satin blanc. Plume blanche. Papier blanc, très blanc. Couleur blanche. Ruban blanc. Écharpe blanche. Cheveux blancs. Barbe blanche. Homme tout blanc de vieillesse. Dents… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BLANC, ANCHE — adj. Qui est de la couleur du lait, de la neige, etc. Marbre blanc. Satin blanc. Plume blanche. Papier blanc. Couleur blanche. Ruban blanc. écharpe blanche. Cheveux blancs. Barbe blanche. Il se dit aussi de Plusieurs choses qui ne sont pas tout à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.